L’ange blanc. (Angie ; 1.)

RODOLPHE, COSSU Antoine

Niels est adolescent et conna√ģt les affres de cet √Ęge : l’attirance sexuelle, la rigidit√© de parents religieux, le fr√®re jumeau toujours pr√©sent qui ¬ę¬†vous cherche¬†¬Ľ. Dans ce petit village au bord la mer, il n’est lui-m√™me qu’avec Peppo, l’horloger. Une jeune artiste peintre installe son atelier dans la villa proche et Niels r√īde autour d’elle sous l’oeil d’un √©trange colporteur √† la longue p√®lerine qui porte le mauvais sort, disent les bonnes femmes du village. Niels s√©duit la jeune femme, pour la plus grande jalousie de son fr√®re, du moins le croit-il dans sa pauvre t√™te en fait bien fragile‚Ķ

Ce drame de l’adolescence, expos√© dans un graphisme au trait soulign√©, aux aplats de noir et aux couleurs tr√®s encr√©es, se laisse lire sans d√©plaisir mais sans v√©ritable √©motion. On imagine mal une suite √† ce qui semble √™tre une histoire compl√®te, l’intrigue semblant parfaitement d√©nou√©e √† la derni√®re page.