L’albinos (Les souliers rouges ; 2)

COUSSEAU GĂ©rard, CUVILLIER Damien

1944. Un petit village breton. Jules et Georges ont rĂ©ussi Ă  s’enfuir aprĂšs avoir dĂ©couvert le brave soldat allemand Ă©gorgĂ© par les rĂ©sistants, mais le jeune Jules a emportĂ© son revolver. La gestapo, encouragĂ©e par le sinistre milicien Daiguer, a dĂ©cidĂ© de trouver les coupables. Georges s’est dĂ©barrassĂ© de l’arme et de son Ă©tui Ă  cigarettes dans le lavoir, mais a Ă©tĂ© vu par Daiguer. Heureusement c’est l’étui que l’on retrouve ! Un nouvel « attentat » des rĂ©sistants dĂ©chaine l’officier SS qui dĂ©cide de « faire parler par tous les moyens » les hommes du village. Les deux amis dĂ©cident de se cacher, est-ce bien raisonnable ?

Ce second volume du diptyque des Souliers rouges marque un tournant dans le rĂ©cit. Histoire presque banale en ces temps de guerre, le reflux des Allemands harcelĂ© par les rĂ©sistants engendre une violence insoutenable de la part des SS mais plus encore des miliciens qui les soutiennent. Le dessin en couleur directe devient lui-mĂȘme plus agressif et accentue l’horreur et l’ignominie des bourreaux et plus spĂ©cialement celle du mĂ©prisable Daiguer. Ces deux albums sont une vraie rĂ©ussite tant pour le rĂ©cit que son illustration. (C.D. et D.L.)