La condition urbaine : la ville √† l’heure de la mondialisation.

MONGIN Olivier

La condition urbaine entendue au premier sens co√Įncide avec une culture des limites indissociable d‚Äôune identit√© circonscrite mettant en relation un dehors et un dedans. Avec ‚Äúl‚Äôurbain g√©n√©ralis√©‚ÄĚ cons√©cutif √† la mondialisation, les villes cessent d‚Äô√™tre des espaces autonomes facteurs d‚Äôint√©gration et d‚Äôaffranchissement¬†; les flux de tous ordres pr√©valent sur les lieux, le priv√© sur le public, les √©changes avec la p√©riph√©rie sur les liens avec le centre. Le r√®gne du continu favorise les fragmentations spatiales, les s√©parations sociales. Avec la mondialisation post-industrielle, un d√©veloppement urbain incontr√īl√© submerge le monde non occidental, engendrant une vari√©t√© de m√©tropoles d√©mesur√©es¬†; cas extr√™me, la ‚Äúm√©gacit√©‚ÄĚ menace de devenir informe, chaotique et la ville globale repli√©e sur elle-m√™me. Pourrait-on imaginer une globalisation par le bas ¬ę¬†privil√©giant le local sur le global¬†¬Ľ, restaurant une culture du corps et des √©changes r√©els dans une perspective d√©mocratique ?

 

Olivier Mongin, directeur de la revue ¬ę¬†Esprit¬†¬Ľ, propose ses interrogations relatives au devenir urbain dans un ouvrage dense, complexe, exigeant un effort du lecteur qui d√©couvre l‚Äôinqui√©tante √©volution des m√©gapoles et appr√©cie les cit√©s parcourues par des √©crivains c√©l√®bres.