Hors des murs

COHEN Laurie

Accus√©e de meurtre, Marianne est incarc√©r√©e dans l’attente de son proc√®s. Elle subit de plein fouet les horreurs de l’environnement carc√©ral : promiscuit√©, salet√©, duret√© du personnel, haine et violence des prisonni√®res ; mais elle y trouve aussi le soutien de deux d√©tenues et d’un correspondant de prison. Quand elle d√©couvre sa grossesse, se pose alors le choix crucial de garder ou non son enfant.

Dans ce premier roman, l’auteure, cin√©aste et po√®te, a choisi de donner la parole √† son h√©ro√Įne sous la forme d’un long monologue. Dans des phrases courtes, group√©es en petits paragraphes, d’une po√©sie parfois rude, elle d√©roule son triste quotidien, les r√™ves et sentiments qui l’habitent et les rares retours en arri√®re concernant l’amour qu’elle porte √† son mari disparu. On ressent une sorte de divorce entre la peinture pragmatique de la vie carc√©rale et la psychologie floue de Marianne, plus instinctive que structur√©e, livr√©e par touches ac√©r√©es, alternant douleur insupportable et effondrement int√©rieur. Cette succession de petites entit√©s √† l’√©criture travaill√©e accentue l’impression d’irr√©alisme dans le r√©alisme et la chute de l’histoire se fait dans le m√™me esprit. Original ou aga√ßant, √©mouvant ou artificiel, le portrait de cette d√©tenue ne saurait laisser indiff√©rent. (L.K. et A.Le.)