Gibraltar.

PETEN Chantal

& &  

Dans la famille de Gibraltar, on est marin de p√®re en fils : sa carri√®re est donc toute trac√©e. Mais ne pouvant attendre, Gibraltar d√©cide qu’il est assez grand, et part chasser les baleines. Il emprunte le bateau de son p√®re et au bout de trois jours, ne se sent pas tr√®s bien. Il voudrait rentrer chez lui, mais il tourne en rond et est la ris√©e des poissons. Il se f√Ęche contre la mer qui lui en tient rigueur. Sa vocation de marin tombe √† l’eau et, apercevant la lumi√®re du phare, c’est d√©cid√© il en sera le gardien.

Les vocations pr√©coces ne tiennent pas bon en face des r√©alit√©s. C’est ce que Gibraltar apprend √† ses d√©pens au contact de la mer qui lui donne parfois son avis. Les illustrations de l’auteur, d’une na√Įvet√© volontairement d√©su√®te, font partager les √©tats d’√Ęme du h√©ros qui a suffisamment de bons sens pour repenser l’orientation de son futur m√©tier.