Frangins

RADIGU√ąS Max de

Hugo et son p√®re partent en vacances √† la campagne. Mais mauvaise nouvelle pour le jeune ado, le duo est rejoint d√®s le lendemain par la compagne du p√®re et son fils, Michel, qui ne rate pas une occasion de se moquer de lui. Hugo s’√©chappe avec Cartouche, le chien de sa grand-m√®re, qu’il adore, mais Michel le rejoint, ¬ę envoy√© ¬Ľ par les parents. Ils se glissent sous une barri√®re pour rejoindre un rocher √† escalader, puis aper√ßoivent une voiture abandonn√©e. Mais alors qu’ils sont √† l’int√©rieur, la voiture se met √† bouger, d√©vale la pente et tombe d’une falaise. Rien de cass√© chez les gar√ßons, mais… impossible de remonter.¬†¬†¬†La cohabitation forc√©e entre les fr√®res ennemis, le binoclard et le vantard, se termine telle qu’on pouvait l’imaginer : rien de tel que de traverser ensemble une √©preuve pour faire tomber les masques et forger de nouveaux liens. Le c√īt√© attendu (et esp√©r√©) de l’aventure ne ternit en rien le plaisir que l’on prend √† sa lecture. Les dialogues sonnent juste et les dessins proches de la ligne claire aux couleurs franches apportent de la fra√ģcheur. Le d√©coupage prend le temps d’installer et distiller les atmosph√®res qui √©voluent au gr√© des m√©saventures, du jour et de la nuit, des chamailleries et des r√©conciliations. Prenant et attachant. (M.D.)