Das Feuer

PÉCHEROT Patrick, PINELLI Joe G.

En 13 chapitres de cinq à vingt pages chacun, est exposée la vie des soldats allemands dans les tranchées de la guerre de 14. Le décor est noir, gris et blanc, avec un gris dominant. La pluie est partout, ainsi que la dévastation. L’ambiance est donnée d’emblée par les commentaires de deux planches opposées dans un face-à-face glauque : « Nous sommes 4 216 058 blessés » et « Nous sommes 2 033 700 morts et disparus »…  Ce qui est surprenant, c’est que cette BD est une adaptation du livre Le Feu d’Henri Barbusse, prix Goncourt en 1916, sur les horreurs de la guerre des tranchées, vue côté français. Pécherot et Pinelli l’ont transposé du point de vue allemand. Au final, la tragédie est la même. Le dessin fait irrémédiablement penser au célèbre tableau Le cri d’Edvard Munch. Est-il encore plus efficace que les mots pour traduire l’inimaginable, la monstruosité, l’absurde ? Il propose en tout cas une nouvelle forme de témoignage, et c’est ce rôle utile que poursuivent les auteurs, pour passer de « Nous ne sommes rien » à « Nous serons tout ». (H.T. et A.J.)