Ces princes

GU√ČRARD Catherine

Antoine Villaert est un jeune Parisien bien √©lev√©, un peu fantasque, orgueilleux et timide √† la fois. Il abandonne ses √©tudes √† Polytechnique par manque de motivation, fait son service militaire pour √©chapper √† sa famille, et prend un job dans l’√©dition pour pouvoir continuer de r√™ver tranquillement en attendant de trouver le bonheur. Il n’avait pas anticip√© le bouleversement dans ses sentiments qui suit sa rencontre avec le G√©n√©ral, homme m√Ľr, cultiv√© et √©l√©gant qui partage ses go√Ľts artistiques. Bient√īt, une guerre survient.

C’est un premier roman, √©crit en 1955, r√©√©dit√© une premi√®re fois en 1967 apr√®s le succ√®s de Renata n’importe quoi. Tr√®s diff√©rent de ce dernier, il raconte l’amiti√© particuli√®re de deux hommes, leur rencontre heureuse et insouciante d’abord qui progresse r√©guli√®rement et inexorablement vers un d√©nouement tragique, stendhalien. Il est √©tonnant d’imaginer une jeune fille (ou une jeune femme, on sait peu de choses sur Catherine Gu√©rard) √©crire ce conte profond, romantique et tragique, variation sur l’amour, la passion et la mort. Pourquoi le choix de ce sujet casse-gueule, voire provocateur pour l’√©poque ? D’o√Ļ l’auteur a-t-elle tir√© son inspiration et ses mod√®les ? Le myst√®re restera et participe au charme de cette lecture envo√Ľtante. L’√©criture est parfaite, raffin√©e, avec des √©clats d’ironie tendre. Catherine Gu√©rard cr√©e une atmosph√®re onirique et lyrique, tr√®s √©trange. (T.R. et C.B.)