Brelin de la lune

KOCHKA, DUTERTRE Charles

Brelin vient au monde avec un croissant de lune sur le dos. C’est un bĂ©bĂ© facile, mais en grandissant il ne se comporte pas comme les autres : certains jours il se cache pendant des heures, d’autres il fait Ă©normĂ©ment de bruit ; il ne parle pas vraiment. Son frĂšre aĂźnĂ© en a assez et part habiter chez sa grand-mĂšre, dans la rue d’Ă  cĂŽtĂ©. En son absence, Brelin Ă©crit des poĂšmes Ă  la lune sur son ordinateur alors qu’il ne sait ni lire ni Ă©crire. Un jour, il voit une publicitĂ© pour un voyage dans la lune, au parc d’attraction. Il y va sans rien dire Ă  personne…

 

Brelin est autiste, c’est suggĂ©rĂ© puis affirmĂ© Ă  mi parcours. Cet autisme est traitĂ© de façon poĂ©tique, presque magique, dans cette relation fascinĂ©e que le jeune hĂ©ros a nouĂ© avec la lune. Le long texte, sensible et imagĂ©, divisĂ© en cinq chapitres, raconte les particularitĂ©s de cet enfant, et s’achĂšve avec la recherche de Brelin disparu au parc d’attraction. Il s’inscrit sur les fonds de couleurs fortes des pages illustrĂ©es de petits ou grands dessins expressifs, aux teintes tranchĂ©es. L’ensemble est extrĂȘmement bienveillant, incite Ă  porter un regard sans prĂ©jugĂ© sur la diffĂ©rence, mais passionnera-t-il les enfants ? (M.D.)