ABC D’ART

WALCKER Yann

Qui dit ab√©c√©daire dit apprentissage et pourquoi pas en jouant la carte de l‚Äôhumour ? C‚Äôest ainsi qu‚Äôun grand A ray√©, A comme Atchoum, est confront√© au Sphinx de Gizeh avec son nez cass√©. On rigole ? Osons aussi un B comme bras pour la V√©nus de Milo ! Si le N de neige peut √©voquer le pointillisme et le J de jardin les Fleurs multicolores de Takashi Murakami, avec le E- √©couter face √† l‚ÄôAutoportrait √† l‚Äôoreille band√©e de Van Gogh ou le W- WC pour le Penseur de Rodin, o√Ļ donc va se perdre l‚Äôinitiation √† l‚Äôart ?¬†¬†¬†S‚Äôil est permis d‚Äô√™tre irr√©v√©rencieux, l‚Äôexercice a ses limites et l‚Äôhumour devrait servir l‚Äôoeuvre, la rendre plus lisible et ne pas la d√©naturer, voire la ridiculiser. Cet ab√©c√©daire, en tenant compte que l‚Äôhumour est toujours ressenti de mani√®re personnelle, se laisse aller √† des facilit√©s, frise la vulgarit√©. Il propose des face-√†-face sans autre commentaire. √Ä chacun de se d√©brouiller avec ce qu‚Äôil conna√ģt d√©j√† ou pas. Le lecteur s‚Äôattendait √† rire ; il regarde, surpris des rapprochements, rarement amus√©, et tourne la derni√®re page avec un sentiment de profonde d√©ception. (A.-M.R.)