76, avenue Marceau

CHAYETTE Hervé

Les Champs-√Člys√©es des ann√©es soixante, les immenses pi√®ces de l’appartement de l’avenue Marceau, les limousines paternelles‚Ķ Souvenirs, souvenirs : Herv√© Chayette, commissaire priseur, ancien √©l√®ve de l’√Čcole Normale Sup√©rieure de la rue d’Ulm, semble toujours faire un inventaire. Dans le flux de ces descriptions, le lecteur d√©couvre des √©l√©ments marquants de sa vie jusqu’au jazz, aux boums et √† la sexualit√© de l’adolescence : c’est un jeune ob√®se, fils unique, qui se d√©couvre, par hasard, une demi-soeur cach√©e. Ses parents, issus de familles juives bless√©es, sont au fa√ģte de leur ascension sociale et s’√©puisent √† ¬ę¬†tenir leur rang¬†¬Ľ. ¬ę¬†Nous trois¬†¬Ľ est une entit√© pesante, mais qui d√©jeune r√©guli√®rement au Fouquet’s… Mao√Įste, le narrateur se cr√©e un style de vie en contradiction avec son engagement politique : ¬ę le syst√®me que j’avais trouv√© pour √™tre malheureux. ¬Ľ ¬†Le ton g√©n√©ral de ce r√©cit autobiographique est celui d’un humour d√©prim√©, l’auteur a parfois des formules inventives, d’autres choquantes (lorsqu’il √©voque une famille de mongoliens) et quelques r√©f√©rences litt√©raires. Ces souvenirs int√©resseront peut-√™tre les nostalgiques d’une jeunesse parisienne dor√©e.