Le Prix ALMA 2021 est attribué à Jean-Claude Mourlevat

Premier auteur français à recevoir la plus haute distinction internationale en littérature jeunesse, le romancier Jean-Claude Mourlevat est l’un des auteurs les plus profonds mais aussi les plus discrets de la littérature jeunesse française.

Réputé pour être le « Nobel de littérature de jeunesse internationale », l’Astrid Lingren Memorial Award (ALMA) est attribué chaque année à un auteur ou une association pour l’ensemble de son oeuvre en faveur de l’accès des enfants à la lecture. Doté de 480 000 €, il est attribué par un jury de spécialistes internationaux.

Le jury du prix a souligné l’importance de son œuvre en termes chaleureux : « Jean-Claude Mourlevat revisite brillamment la tradition du conte, abordant les sujets les plus beaux comme les plus difficiles. Ses récits abolissent le temps et l’espace et évoquent dans une prose onirique et efficace des questions éternelles comme le désir et l’amour, la vulnérabilité et la guerre. L’œuvre toujours surprenante de Mourlevat ancre la trame antique de l’épopée dans une réalité contemporaine . […]  Dans chacun de ses livres, il surprend ses lecteurs avec des formes nouvelles et des intrigues inattendues. Les références aux œuvres classiques, les métaphores et les comparaisons relient les récits au présent ».

Né en 1952 en Auvergne, Jean-Claude Mourlevat fut professeur d’allemand puis metteur en scène, comédien et clown. La publication en 1997 de son premier album Histoire de l’enfant et de l’œuf l’amène à se consacrer entièrement à l’écriture de romans pour la jeunesse inspirés par un patrimoine universel. Ambiances et décors changeants et originaux, références récurentes aux fondamentaux de l’Histoire et des myhtologies : confrontés aux questions essentielles de l’existence, ses personnages y prennent une présence et une humanité rares.

Quelques romans marquants, profondément attachants, dans la bibliographie de cet auteur : L’Enfant océan (Pocket Jeunesse, 1999), La rivière à l’envers ( Pocket Jeunesse , 2000 et 2001), La ballade de Cornebique (Gallimard Jeunesse, 2003), Le combat d’hiver (Gallimard Jeunesse, 2006), Le chagrin du roi mort (Gallimard Jeunesse, 2009), Terrienne (Gallimard Jeunesse, 2011), ou encore récemment Jefferson (Gallimard Jeunesse, 2018).

Les livres de Jean-Claude Mourlevat sont aujourd’hui traduits dans une vingtaine de langues. Le prix devrait lui être remis le 31 mai prochain à Stockholm, lors d’une cérémonie qui honorera aussi Jacqueline Woodson, lauréate 2020, la remise du prix n’ayant pu se faire l’an dernier en raison de la pandémie.

Muriel Tiberghien