Les chroniques de Sillage ; 2.

Cinq nouvelles variations sur des √©pisodes de la s√©rie, confi√©es √† des illustrateurs aux talents vari√©s. La fantaisie graphique marque cette nouvelle livraison. (Chroniques de sillage ; 1 ; LJA, ao√Ľt-septembre 2004). Un contrepoint ironique √† une s√©rie culte, illustr√© avec originalit√©.

R√©veil tardif : dans le vaisseau qui amena N√§vis, un homme se r√©veille en m√™me temps qu’un robot agressif. Les couleurs soulignent l’action, des tonalit√©s froides de l’hibernation au rouge de la violence d√©cha√ģn√©e. Le sillage d’Houyo : la tigrourse est seule √† remarquer des pirates nouvellement d√©barqu√©s, N√§vis est absorb√©e par la chasse. Le dessin est faussement na√Įf, les couleurs fra√ģches pour ce souvenir d’enfance. Dread locks noires ou le sort d’un ancien condisciple, qui a mal tourn√©, trait√© en formes quasi g√©om√©triques et couleurs tendres sans mi√®vrerie. L’espion qui venait du froid revient sur un √©pisode romanesque : les amours impossibles de N√§vis et de Villedieu et leur s√©paration. Une traque dans la neige dans un d√©cor r√©aliste et soign√©. Le maquillage accentu√© de certains protagonistes renforce la th√©√Ętralit√© de l’√©pisode.

Double jeu : Enshu Atsukau, l’ennemi jur√©, fantasme une rencontre avec N√§vis, occasion de variations √©rotiques, jouant de nus sensuels et de couleurs acidul√©es dans un cadrage serr√© et dynamique d’inspiration manga.