Dors, ange amer.

BERNHEIM Cathy

C’est √† partir d’un fait divers dramatique, le suicide d’un jeune CRS viol√© alors qu’il √©tait enfant, que ce livre s’est construit. Atteinte au plus profond d’elle-m√™me, Cathy Bernheim prend la plume pour d√©noncer cette p√©dophilie qui aurait d√Ľ, selon l’√©tymologie, √™tre l’amie de l’enfance et qui n’est que sa destruction. Sous le pseudonyme de Ego Sum, elle se souvient de son enfance brim√©e et meurtrie et parle au nom de ceux qui ont vu leur vie saccag√©e par les marques ind√©l√©biles inflig√©es par les adultes. Avec Posthume, un enfant imaginaire, elle engage un dialogue pour dire ce qui lui tient √† coeur sur l’√©ducation, la sexualit√©, la violence, l’amour.

¬†Cathy Bernheim, qui a √©crit des livres pour enfants, des essais, des biographies (cf. Picabia, NB avril 1995), montre ici une profonde connaissance des blessures de l’enfance. Elle en fait le panorama d’une voix vibrante, veut mettre en garde et d√©noncer. C’est un beau plaidoyer pour que cesse la p√©dophilie, √©crit avec chaleur, vivacit√© et tendresse et qui se lit comme un roman.