Autoportrait.

LEVÉ Édouard

En 2003, les Notes Bibliographiques avaient trouvĂ© une originalitĂ© certaine Ă  ƒuvre (N.B. fĂ©v. 2003). En 2004 Journal avait laissĂ© perplexe (N.B. juil. 2004). Que dire de cet Autoportrait ? Le titre de ce petit livre n’est guĂšre trompeur : Autoportrait il y a. On verra donc que l’auteur se dĂ©voile mais qu’il n’est pas impudique pour autant, qu’il parle essentiellement de lui, qu’il est un jeune vieux, qu’il a passĂ© quinze ans Ă  l’Ă©cole Stanislas mais qu’il en refuse le moule, qu’il a lu untel et untel, qu’il a donc une culture trĂšs Ă©clectique, qu’il a fait beaucoup l’amour, etc.

On notera rapidement que l’on trouve entre dix et quinze « je » par page et pas un seul alinĂ©a, qu’en revanche les phrases sont trĂšs courtes. Cette trop longue Ă©numĂ©ration façon PrĂ©vert, le narcissisme en plus, est plus soporifique que prenante mĂȘme si elle ne manque pas d’humour Ă  certains moments.